Dans son article intitulé « Macky Sall annonce une loi interdisant le plastique« , le journal Le Soleil nous apprend que le chef de l’Etat, dans le but de célébrer la journée de la terre, a planté deux arbres dans le jardin de la présidence et a lancé un message vers la population. C’est de ce message dont il est question dans cet article. Qu’a-t-il dit, et qu’avons nous eu envie de lui répondre?

Il faudra une législation extrêmement ferme pour que le plastique soit interdit dans notre pays; parce qu’il est entrain de détruire notre écosystème

Ce message aurait pu être plus convaincant, prononcé dans un pays autre que le Sénégal. Ce pour la bonne et simple raison que nos lois et règles sont aussi solides qu’un roc et leur application normale aussi rare qu’une  éclipse solaire. Ce n’est pas la première fois que ce genre de mesures est annoncé et jusque là, rien de concret n’a été fait. Pire, nos dirigeant sont les premiers à enfreindre la loi en posant des actes contraires à ce que stipulent les textes. L’autorisation de la construction de la future ambassade de Turquie sur la corniche est une des preuves.

En plantant les deux arbres, notamment des flamboyants, Macky Sall a appelé à multiplier cette initiative en vue de mieux protéger l’environnement

Il est bien de planter des arbres, nul ne l’ignore. Mais, oublie-t-on que nous avons planté des superficies qui constituent un multiple de celle du pays? Le message concernant le reboisement est passé depuis longtemps. Celui d’aujourd’hui va dans le sens de rappeler que, comme un enfant, on ne plante pas un arbre pour l’abandonner. Il est question de suivi, rien de plus. Malheureusement, ce volet n’est pas assuré dans la quasi-totalité des cas, sinon le Sénégal serait devenu « vert ».

Nous avons un habitat fragile, la terre elle-même que nous devons contribuer à préserver face aux pollutions et autres dégradations liées aux phénomènes naturels

Les autres dégradations liées aux phénomènes naturels…et anthropiques, sommes-nous tentés d’ajouter. Encore une fois, c’est le genre de message qui rentre dans le même registre que celui de la loi contre le plastique. Que de paroles en l’air, peut-on dire, au vu de ces activités telles que l’extraction minière (comme elle est effectuée chez nous) que nos autorités encouragent parce qu’étant, des soi-disant sources de revenus. Il serait plus facile de croire que la fragilité de notre terre les intéresse réellement s’ils s’efforçaient à réglementer son exploitation.

L’autre préoccupation du chef de l’Etat a trait au « fléau de l’érosion côtière »

Eh bien… cela fait l’occasion, puisqu’on parle de détruire le mur de la future ambassade de Turquie. Et surtout, d’arrêter de brader notre littoral!

Nous avons déjà pour tous les lampadaires du jardin, remplacé les ampoules de 100 watts par des ampoules de 30 watts […] Et cela génère une économie de l’ordre de 27 millions de F Cfa dans l’année

Sur ce coup au moins, on a envie de dire bravo au gouvernement pour cet effort allant dans le sens de réduire la consommation en énergie. Espérons juste que cela va continuer et que l’exemple sera suivi par tous.

Des efforts doivent être faits partout, et par tous. Il ne s’agit plus de faire des déclarations à tout bout de champ. Tout a été dit. Il faut maintenant aller vers des actes concrets et surtout, donner l’exemple pour pouvoir inciter les autres. Espérons que le Sénégal rentrera enfin, et à temps, dans l’ère du concret.

Ramata

Publicités